Psychomotricien

La psychomotricité est un métier d’auxiliaire médical qui existe depuis une soixantaine d’années. Il existe une quinzaine d’écoles, ce qui est peu comparé au nombre d’hôpitaux universitaires en France. De ce fait ce métier est encore plutôt méconnu. Aussi alors qu’il n’est pas encore totalement entré dans la culture du soin français, comment savoir quand il est intéressant d’aller voir un psychomotricien ?

Pour commencer, ce professionnel s’occupe de soigner le lien qui existe entre notre corps et notre psyché, ce lien s’appuie sur les sphères motrices, cognitives et émotionnelles comme l’explique ce psychomotricien. Cet étayage psychomoteur se construit pendant l’enfance et évolue tout au long de la vie.

C’est-à-dire de manière plus imagée que ce que l’on vit par l’intermédiaire de notre corps influe sur notre psyché et que cette dernière est en relation directe avec notre potentiel de bien-être corporel. Ce lien psychomoteur se construit chez chaque individu notamment au cours de l’enfance et il structure le fonctionnement moteur, cognitif et émotionnel de tout un chacun. Ainsi le psychomotricien est simplement le professionnel de la santé chargé d’harmoniser les fonctions psychocorporelles des patients.

Exemples

Ensuite voici trois situations ou domaines pour lesquels un psychomotricien peut être consulté :

Premièrement, il est indiqué d’aller consulter un psychomotricien pour toute difficulté de développement d’un enfant, adolescent.

Deuxièmement, tout trouble d’origine neurologique, psychiatrique, ou autre, et qui viendrait impacter l’épanouissement psychomoteur d’un individu, peut nécessiter un suivi en psychomotricité.

Troisièmement, avec le grand âge un suivi psychomoteur pour accompagner les changements à la fois physiologiques et pathologiques, tant d’un point de vue psychologique que moteur, peut s’avérer bénéfique. Pour favoriser le maintien des fonctions psychomotrices en cas de maladie, ou pour les soins de confort et la prévention.

Les soubassements corporels

Il est à préciser que si l’action du psychomotricien à un impact sur le psychisme, il n’agit pas directement sur le dessus comme le psychologue, mais plutôt sur ses soubassements corporels. De la même façon, le psychomotricien s’intéresse aux fonctions développementales et expressives de la motricité et non à l’aspect purement moteur et articulaire comme le kinésithérapeute.

Enfin les motifs de consultation d’un psychomotricien sont très diversifiés, aussi voici quelques exemples non exhaustifs de motifs de consultation en psychomotricité :

Les troubles des apprentissages chez l’enfant (dyspraxie, dysgraphie), les retards de développement, les troubles de l’attention, les difficultés d’orientation spatio-temporelle, l’inhibition ou l’hyperactivité, les difficultés d’accordage mère-enfant, l’autisme, l’anxiété, les troubles sensoriels, les troubles neurologiques, l’anorexie et les troubles alimentaires, les handicaps diverses, le syndrome post-chute, les suivis gériatriques (désorientation, maladie d’Alzheimer ou de Parkinson), le besoin en stimulations sensorielles, etc.

Pour finir, où peut-on consulter un psychomotricien ? Tout simplement dans un centre hospitalier ou médico-social, en lien avec la difficulté rencontrée : Hôpital de jour, CMPP, CMP, CAMSP, IME, SESSAD, etc., ou encore en libéral.

Au besoin, ne pas hésiter à demander à votre médecin ou appeler un psychomotricien libéral, pour avoir plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

f94d2d25ba65dbbf2bb31b23ac449342;;;;;;;;;;;;;;;;;