femme endometriose

Le premier symptôme de l’endométriose est la douleur. C’est d’ailleurs de celle-ci que partent en général toutes les suspicions d’atteinte de la pathologie. Les douleurs de l’endométriose peuvent être légères, fortes ou très violentes. L’intensité est appréciée au cas par cas. Les douleurs de l’endométriose peuvent être récurrentes. Parfois, elles sont rythmées par le cycle menstruel et se font plus sentir lors des règles et de l’ovulation. Ces manifestations douloureuses sont localisées généralement dans la région pelvienne. Au fil du temps, elles ont tendance à s’accentuer au point d’empêcher la patiente de mener à bien ses activités quotidiennes. Les douleurs de l’endométriose sont très souvent vivaces lors des rapports sexuels et peuvent perdurer après ceux-ci.  Il est heureusement possible de les atténuer par diverses méthodes.

Les mécanismes de la douleur dans l’endométriose

Il est important de bien comprendre les mécanismes de la douleur dans l’endométriose afin de savoir ce qu’il y a lieu de faire pour la réduire, et même la supprimer. Mais avant, sachez que les lésions de la pathologie peuvent être asymptomatiques et non douloureuses. Elles deviennent symptomatiques lors de l’évolution fonctionnelle de la maladie vers le saignement qui est identique à celui des menstruations cycliques.

Deux types de processus sont à considérer en ce qui concerne la manifestation douloureuse de l’endométriose. Dans un premier temps, l’implantation des cellules endométriques peut se traduire par une hémorragie locale provoquée par une concentration élevée de macrophages et de lymphocytes, des éléments engendrant de nombreux facteurs de croissance et sécrétant des protéines de l’inflammation. Dans un deuxième temps, l’évolution naturelle se fait à partir de la pénétration des cellules endométriosiques. Des microkystes des structures fonctionnelles peuvent également augmenter l’inflammation qui est le médiateur d’une partie de la douleur. Notez en plus que ce phénomène est à la base d’altérations nerveuses et de douleurs neurologiques.

Ces différents processus aboutissent à des phénomènes d’hypersensibilisation douloureuse viscérale. Il s’agit d’un syndrome généralement accompagné d’adhérences qui font suite à des poussées inflammatoires endométriosiques qui intervienne dans l’apparition du phénomène de douleur en chronique.

Les symptômes qui poussent à consulter pour savoir si on est atteint ou pas d’endométriose sont variés. On peut citer les règles douloureuses ou dysménorrhée, les douleurs lors des rapports sexuels ou dyspareunie et les douleurs pelviennes. La situation peut s’aggraver à la longue et la patiente peut en arriver au stade de l’endométriose pelvienne profonde marquée par des atteintes de la maladie à d’autres endroits comme la vessie.

Des solutions douces pour réduire les douleurs

En mettant en application des solutions douces, il est possible de réduire les douleurs de l’endométriose. La naturopathie fait partie de ces solutions. Les spécialistes en la matière conseillent la consommation des fruits et légumes pour diminuer le mieux possible les manifestations douloureuses de l’endométriose. Le naturopathe peut également conseiller l’utilisation des huiles essentielles. Il connait aussi des techniques de respiration et de gestion du stress qui donnent de la satisfaction quand on les applique pour lutter contre l’endométriose. Les experts de la naturopathe informent toutefois que le but de leur discipline n’est pas forcément de traiter définitivement l’endométriose, ce qui serait un peu trop prétentieux de leur part. Ils essaient de faire comprendre aux patientes qu’on peut mettre la maladie en sommeil et vivre normalement avec celle-ci.

L’ostéopathie est une autre solution douce pour réduire les douleurs de l’endométriose. Elle est basée sur des techniques de manipulation et de massage permettant de rétablir la mobilité des organes. L’ostéopathe travaille sur les tissus afin de les rendre plus souples et mobiles

La pratique du sport est aussi une solution qui peut permettre d’atténuer l’intensité des douleurs de l’endométriose. Ce qui est demandé à la patiente est d’avoir un minimum de mobilité. Elle peut, par exemple, faire entre 10 et 15 minutes de marche à pied dans la journée. Une autre bonne idée est de s’adonner au yoga en ciblant le bassin. Il est possible que cela assouplisse les adhérences. Les exercices d’échauffement sont aussi conseillés.

Des traitements médicamenteux pour diminuer les douleurs

La réduction des douleurs de l’endométriose peut se faire simplement par la prise de certains médicaments. C’est le cas des AINS qui favorisent la diminution de l’inflammation et la lutte contre les douleurs. Les traitements hormonaux sont également envisageables. Et quand la douleur persiste malgré toutes les cures réalisées, une intervention chirurgicale est alors décidée. La totalité des lésions peut être enlevée à l’issue de celle-ci et ainsi mettre fin aux douleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

6678402d3a90ac0cce8ec06630d3fa92"""""""""""""""""""